Alexandre Soljenitsyne

Une journée d'Ivan Denissovitch

10/18 - Domaine étranger, 488

Paris, 2000

bibliothèque insulaire

      

île-prison

parutions 2000

Une journée d'Ivan Denissovitch / Alexandre Soljenitsyne ; trad. du russe par Lucia et Jean Cathala ; préf. de Jean Cathala. - Paris : 10/18, 2000. - 189 p. ; 18 cm. - (Domaine étranger, 488)
ISBN 2-264-00070-8

L'île — Solovski ou Solovetski, au cœur d'un archipel en mer Blanche, où Soljenitsyne (1918-2008) éprouva pour la première fois la réalité du goulag — n'est jamais désignée dans le récit, ni même explicitement évoquée ; mais tout est mis en œuvre, dans la réalité et dans sa transcription littéraire, pour susciter une utopie monstrueusement inversée.

Le germe contenu dans ce récit dense et ramassé se retrouve, gigantesquement amplifié, dans « L'archipel du goulag » (1ère éd. française en 1974) — dont le titre, lourd de sens, ne doit évidemment pas être entendu au pied de la lettre.

La publication d' « Une journée d'Ivan Denissovitch » alerta l'opinion occidentale sur la réalité et la portée symbolique du goulag soviétique ; pourtant d'autres témoignages explicites, bien antérieurs à celui de Soljenitsyne, étaient restés sans écho (cf. parmi des dizaines d'autres, les références du complément bibliographique ci-dessous).

JEAN CATHALA : […]

Cette société concentrationnaire, royaume du vol et de la bêtise, où le service des « Loisirs culturels » a pour fonction de censurer les lettres, et que régissent des lois si « parfaites » qu'elles ne se peuvent pas toujours appliquer, cette société ubuesque où la joie suprême consiste dans un travail qui ne sert à rien et où l'on traite en ennemi son compagnon de chaîne, alors qu'on se sent obscurément solidaire du bourreau, une telle société en évoque irrésistiblement une autre. Et ce chantier de forçats, appelé la « Cité du Socialisme », où, avant que de construire, il faut d'abord s'enfermer derrière des barbelés, est symbole si éclatant qu'on se demande même comment cela a pu être imprimé en U.R.S.S. En bref, le bagne n'est, pour Soljenitsyne, que le reflet caricatural de la société soviétique, et Choukhov, l'homme du peuple qui a compris, l'incarnation d'une majorité silencieuse refusant la société qu'elle subit.

Mais ce bagne n'est pas seulement l'image d'un ici-bas russe. Monde clos (comme chez Sartre), monde de l'absurde (comme chez Camus), monde d'une souffrance de chaque instant (comme dans la religion chrétienne), c'est aussi l'enfer. Et, puisqu'il n'y a pas d' « ailleurs », puisque l'enfer est partout, c'est le problème de l'homme qui se pose : peut-on faire son salut ?

[…]

Préface, p. 19

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Une journée d'Ivan Denissovitch » trad. du russe par Maurice Decaillot avec une préface de Pierre Daix, Paris : Julliard, 1963
  • « Une journée d'Ivan Denissovitch » trad. du russe par Lucia et Jean Cathala avec une préface de Jean Cathala, Paris : Julliard, 1975
  • « L'archipel du goulag, II (3e et 4e parties) », Paris : Seuil, 1974
  • « L'archipel du goulag, II (3e et 4e parties) » éd. nouvelle revue et augmentée par l'auteur, Paris : Fayard, 2010
  • Youri Beszonov, « Mes vingt-six prisons et mon évasion de Solovki », Paris : Payot, 1928
  • Jurij Brodskij, « Solovki, le isole del martirio : da monastero a primo lager sovietico », Milano : La Casa di Matriona, 1998
  • Boris Chiriaev, « La veilleuse des Solovki  », Paris : Éd. des Syrtes, 2005
  • Ante Ciliga, « Dix ans au pays du mensonge déconcertant », Paris : Éd. Champ libre, 1977
  • [Iulia Danzas], « Bagne rouge : souvenirs d'une prisonnière aux pays des Soviets », Juvizy : Éd. du Cerf, 1935
  • Raymond Duguet, « Un bagne en Russie rouge », Paris : Éd. Jules Tallandier, 1927 ; Balland, 2004
  • Paul Florensky, « Lettres de Solovki, 1934-1937 », Lausanne : L'Âge d'homme, 2012
  • Tomasz Kizny (et al.), « Goulag : les Solovki, le Belomorkanal, l'expédition de Vaïgatch, le théâtre au goulag, la Kolyma, la Vorkouta, la Voie morte », Paris : Acropole, Balland, Géo, 2003
  • Natalia Kuziakina, « Theatre in the Solovki prison camp », New York : Routledge, 1995
  • Dimitri S. Lichacev, « La mia Russia », Torino : G. Einaudi, 1999
  • Soserko A. Malsagov, « An island hell : a soviet prison in the far north », Londres, 1926
  • Ekaterina Olitskaïa, « Le sablier », Paris : Deuxtemps Tierce, 1991
  • Roy Robson, « Solovski, the story of Russia told through its most remarkable islands », New Haven : Yale university press, 2004
  • Olivier Rolin, « Le météorologue », Paris, 2014
  • Mgr Boleslas Sloskans, « Témoin de Dieu chez les sans-Dieu : du bagne des îles Solovki à la déportation en Sibérie, journal de prison », Mareil-Marly : Aide à l'église en détresse, 1986
  • Tatiana Tchernavin, « Escape from the soviets », London : Hamish Hamilton, 1933
  • Iouri Tchirkov, « C'était ainsi … », Paris : Éd. des Syrtes, 2009
  • Vladimir Thernavin, « I speak for the silent prisoners of the soviets », Boston, New York : Hale, Cushman & Flint, 1935
  • Oleg Volkov, « Les ténèbres », Paris : J-C Lattès, 1991
  • Mariusz Wilk, « Le journal d'un loup », Paris : Éd. Noir sur blanc, 1999

mise-à-jour : 13 octobre 2014

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX