Patrice Louis

A, B, C... ésaire : Aimé Césaire de A à Z

Ibis Rouge

Matoury (Guyane), 2003

bibliothèque insulaire
   
Martinique
parutions 2003
5ème édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 2003)
ouvrage sélectionné
A, B, C... ésaire : Aimé Césaire de A à Z / Patrice Louis. - Matoury (Guyane) : Ibis rouge, 2003. - 188 p. ; 24 cm.
ISBN 2-84450-200-8

NOTE DE L'ÉDITEUR : Ils ne sont pas légion les façonneurs de mots, les faiseurs d'Histoire. Aimé Césaire est l'un d'eux.

Mondialement reconnu, le poète, dramaturge et essayiste a marqué des générations de créateurs aux Antilles et en Afrique, tous ses fils, parfois rebelles.

Son engagement en politique a également rythmé les combats de la décolonisation et de l'identité des peuples en quête d'eux-mêmes.

Aimé Césaire a traversé le XXe siècle et y a laissé une marque unique. Les générations à venir auront à cœur de savoir ce qu'elles lui doivent tandis que leurs aînés iront en répétant : « Nous l'avons tant aimé, Césaire » …

Quels sont les lieux, les dates, les personnages, les évènements qui ont marqué la vie de Césaire ?

Un A, B, C… ésaire pour le découvrir. Ce livre permet de pénétrer dans l'univers littéraire, politique, parfois personnel, d'un « nègre fondamental » entré vivant dans les dictionnaires.

EXTRAIT
C
Cadastre
[…]

Cahier d'un retour au pays natal

Poème à la forme inédite (anti-poème ?), il paraît dans Volontés en août 1939 — Césaire a 26 ans.
Le contexte : pendant ce temps, l'Europe va entrer en guerre. Aimé Césaire a vu monter les périls : les accords de Munich, l'entrée de Franco à Madrid, l'invasion de l'Autriche puis des Sudètes, ensuite de la Pologne par les nazis, les violence anti-juives. La Martinique est une colonie.
Comment définir ce Cahier ? L'auteur lui-même n'en sait rien. « Toute la métrique traditionnelle me gênait beaucoup, me paralysait. Je n'étais pas content. Un beau jour, je me suis mis à écrire sans savoir ce qui en sortirait, vers ou prose. Il m'importait de dire ce que j'avais sur le cœur. » (Entretien avec Georges Ngal, 1967)
La rédaction de ce Cahier lui prend environ trois ans entre 1935 et 1938. Il est frénétiquement et laborieusement composé. L'œuvre, commente Jean-Louis Joubert, dans l'Encyclopedia Universalis, « peut se lire comme une quête orphique : plongée aux abymes de la mauvaise foi, descente aux enfers de l'oppression raciale, pour y conquérir la fierté d'être nègre. »
L'ouvrage achevé, le jeune écrivain est envoyé au directeur de Volontés, Georges Pellorson, par un de ses professeurs à l'École normale, Pierre Petitbon, après avoir essuyé plusieurs refus d'éditeurs parisiens. Le texte occupe les pages 23 à 51 du n° 20 de Volontés. Il se veut charge poétique contre l'exploitation coloniale, le sous-développement, le racisme et odyssée d'une prise de conscience, d'une identité réconciliée avec l'universel. C'est le plus grand moment lyrique de ce temps, selon André Breton.
[…]
Cahier d'un retour au pays natal connaît quatre versions : celle de 1939, confidentielle ; celle — bilingue — de Brentano, à New York, en 1947, préfacée par André Breton ; celle de Bordas, à Paris, la même année, illustrée d'un dessin de Wifredo Lam ; celle, enfin, de Présence Africaine, en 1956, préfacée par Petar Guberina.
Caraïbes (Les)
[…]
Chantre
[…]
Corps perdu
[…]
Créole (Le)
[…]
Créolité
[…]
COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE

mise-à-jour : 17 juillet 2013

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX