Kenneth White

Corsica, l'itinéraire des rives et des monts

Éd. La Marge - Coll. San Benedetto

Ajaccio, 1998
bibliothèque insulaire
   
Méditerranée
parutions 1998
1ère édition du Prix du Livre Insulaire (Ouessant 1999)
ouvrage en compétition
Corsica, l'itinéraire des rives et des monts / Kenneth White ; trad. de l'anglais par Marie-Claude White. - Ajaccio : La Marge, 1998. - 103 p. ; 21 cm. - (San Benedetto).
ISBN 2-86523-134-8

Franco-Écossais ou Scoto-Français, Kenneth White se sent surtout européen, tout en ne négligeant rien des énergies ou des signes qui lui viennent d'ailleurs, notamment de l'Amérique, d'Asie, et d'Océanie.

Une escale en Corse s'imposait ; là, entre mer et montagne, s'enchaînent les rencontres : Sénèque 1 et Boswell 2, mais aussi Paul Valéry — écrivain corse, un botaniste, Dominique Cervoni navigateur ami de Conrad 3, d'autres encore, tous précieux intercesseurs.


  1. Cf. Sénèque, « Lettres de Corse », Ajaccio : La Marge, 1996
  2. Cf. James Boswell, « L'île de Corse, journal d'un voyage », Paris : Hermann : 1991 ; « En défense des valeureux Corses », Monaco : Anatolia / Éd. du Rocher, 2002 ; Francis Aïqui, « Paoli, Boswell, Bonaparte : trois hommes et des révolutions », Ajaccio : La Marge, 1991
  3. Cf. Joseph Conrad, « Le Tremolino », in Le miroir de la mer, Paris : Gallimard (Folio, 4760), 2008
NOTE DE L'ÉDITEUR : Quand Kenneth White, « nomade intellectuel », voyage, il se passe beaucoup de choses. D'abord, le territoire en question se révèle dans toutes ses dimensions, y compris celles sur lesquelles on met difficilement un nom. Ensuite, sans en avoir l'air, ce poète-du-monde vous livre toute une conception de la littérature, toute une philosophie de la vie. En Corse, White fait une lecture de la nature, de la culture, de la politique du pays. […] Et à travers des conversations ici et là, il pénètre dans la psychologie complexe de l'espace insulaire. Pour White, la Corse n'est en fin de compte pas un problème, ni une curiosité, c'est un microcosme. Quant au livre, est-il nouvelle (éclatée), livre de voyage (radical), essai (extravagant) ou poème (du monde) ? Sans doute tout cela à la fois, et autre chose encore. La poétique (géopoétique) de White consiste, justement, à proposer à l'écriture des cheminements inédits, afin de mieux révéler le monde, afin de mieux dégager, pour l'existence humaine sur terre, le champ du possible.
EXTRAIT

Mon idée, c'est que l'île peut être tout bénéfice. C'est un espace que l'esprit peut appréhender, je veux dire qu'on peut le concevoir comme un tout, comme une entité vivante — ce qui n'est guère possible pour tout un continent. Cet esprit verra aussi l'île comme un lieu de concentration. Et puisque toute les îles ont en commun certains caractères, en particulier la présence des côtes, il leur est facile de passer du local au global et d'atteindre à une sorte de conscience cosmique, qui n'est ni isolement et enfermement, ni universalité abstraite.

pp. 24-25

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Atlantica », Paris : Grasset, 1986
  • « Parvenir à la béatitude », in Riccardo Pineri (dir.), Paul Gauguin, héritage et confrontations, Actes du colloque international organisé les 6, 7 et 8 mars 2003 par l'Université de la Polynésie française, Papeete : Éd. Le Motu, 2003
  • « Le rôdeur des confins », Paris : Albin Michel, 2006
  • « Un monde ouvert, anthologie personnelle », Paris : Gallimard (Poésie, 425), 2007
  • « Les archives du littoral », Paris : Mercure de France, 2011
  • « La carte de Guido : un pélerinage européen », Paris : Albin Michel, 2011
  • « La mer des lumières », Marseille : Le Mot et le reste, 2016
le site internet de Kenneth White

mise-à-jour : 9 mai 2016

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX