Henri Queffélec

Les îles de la miséricorde

Presses de la cité

Paris, 1974

bibliothèque insulaire
   
Iroise
Les îles de la Miséricorde / Henri Queffélec. - Paris : Presses de la cité, 1974. - 248 p. ; 21 cm.

NOTE DE L'ÉDITEUR : Le 16 juin 1896, sur la fin de son voyage de retour à Londres, un paquebot anglais de la ligne du Cap, le Drummond Castle,  s'égare dans la brume. Il se figure déborder Ouessant et il s'engage dans les courants du Fromveur. A onze heures du soir, juste comme une petite fête vient de se terminer à bord, il heurte une roche. En sept ou huit minutes il coule. Il n'y aura que trois survivants, un passager et deux hommes d'équipage, recueillis le lendemain matin, le premier par un homme d'Ouessant, les deux autres par un pêcheur molénais. La catastrophe ne sera connue à Londres que tard dans l'après-midi du 17 juin.

Un « grand naufrage » ? Ce drame, qui a bouleversé son époque, n'est pas « grand » seulement par sa soudaineté ni par le nombre des victimes, mais parce qu'il a mis en lumière, d'une étonnante façon, la solidarité humaine. Ce n'est plus, comme dans Oceano Nox, la « lugubre histoire », que les flots peuvent se raconter pour faire peur aux hommes ; la lumière y triomphe comme dans La Légende des Siècles.

Les Anglais se représentaient alors les îliens de « Petite-Bretagne » des gens rudes et frustes. Reine Victoria, archevêque de Cantorbéry, tous, ils furent émerveillés. Sans aucune recommandation extérieure, les Molénais, les Ouessantins, avaient vu spontanément des frères et des soeurs dans les malheureux, vivants ou morts, que la mer leur donnait à recueillir et ils avaient montré pour eux les égards les plus délicats.

[...]

Les évènements n'existent pas tout seuls, mais par les consciences qui les vivent. Dans Les Îles de la Miséricorde, le récit et le roman se fondent. Les personnages n'y évoluent pas dans cette netteté artificielle que recherche, après coup, la reconstitution des faits. Ils sont aux prises avec le destin et celui-ci, à l'image d'une nuit tragique, garde ses brumes.

EXTRAIT

Les îles de la Miséricorde, mais oui, c'est évident. Elles méritaient ce nom.

p. 249

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • Henri Queffélec, « Les îles de la miséricorde », Paris : Presses pocket (n° 1942), 1980
  • Henri Queffélec, « Les îles de la miséricorde » in Les romans des îles, Paris : Omnibus, 2005

mise-à-jour : 18 février 2014

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX