Henri Queffélec

Un homme d'Ouessant

Ed. des Régionalismes

Cressé, 2013

bibliothèque insulaire
   
Iroise

parutions 2013
Un homme d'Ouessant / Henri Queffélec ; avant-propos d'Eric Auphan. - Cressé : Ed. des Régionalismes, 2013. - 144 p. ; 21 cm.
ISBN 978-2-84618-885-2

ERIC AUPHAN : Laurent Brenterch, connu sous le surnom de « Miserere », est un « Américain », qualificatif sous lequel on désigne les matelots vétérans de la Guerre d'Indépendance américaine. Riche de l'expérience de ses voyages, il cherche à améliorer le rendement des maigres cultures ouessantines : il donne l'exemple en plantant des pommes de terre dans son lopin du « Clos l'Evêque ». [...] Mais Laurent [...] se comporte en célibataire endurci, une attitude qui compromet l'avenir démographique d'une île où la surpopulation féminine atteint un seuil critique. Chapitré par le recteur, M. Hamon, menacé d'être mis au ban de la communauté, il se pliera après mûre réflexion au sort commun et finira par céder aux avances matrimoniales de sa voisine Françoise Méar, une veuve chargée de famille.

[...]

Avec Laurent Brenterch, Queffélec a composé une personnalité ambiguë. Cet ancien de la « Royale » est solidaire de tous les gens de mer pour lesquels il éprouve un sentiment de fraternité. Il lui arrive de servir de pratique aux navires en difficulté dans les chenaux du Four et de la Helle. [...] Mais il ne peut ignorer l'aubaine que représente un naufrage pour la communauté ouessantine, qui vit alors dans le dénuement le plus extrême. Il est également déchiré entre son attachement viscéral à son île natale [...] et son profond désir de changement, son aspiration à des conditions de vie plus humaines (ce qui le pousse à regarder vers le continent). [...]

Miserere incarne dans sa personne toute la complexité des relations entre les îles de l'Armor et le continent, puisque les communautés insulaires acceptent les ressources fournies par la grande terre tout en rejetant un quelconque lien de sujétion.

« Les îles de la mer d'Ouest », pp. 287-289

INCIPIT

   L'île où tu es né, c'est là que tu dois vivre. On peut t'obliger à partir, il faudra que tu reviennes. L'eau de ton baptême a été fournie par le ciel au-dessus de ces falaises et, durant que ta mère te portait, les voilà ces brisants qui ont plusieurs fois soutenu le choc de la tempête, ces rochers, ces herbes rases sur lesquels a glissé la brume. Respire : ne reconnais-tu pas l'odeur de cet air ? Marche : la peau de tes pieds a-t-elle oublié ce sol ? Contemple : y a-t-il parmi ces moutons une bête étrangère qui ne sache pas se protéger du vent ? Ecoute : le hennissement des chevaux, la chanson des moulins, la clameur des vagues de la marée montante, ne sont-ils plus les mêmes ? Ne dis rien. Des enfants nés de ta chair courront aussi dans les limites de cet espace et, lorsque les enfants de tes enfants commenceront à songer au mariage, toi tu seras allé dormir dans une de ces vieilles tombes.

p. 11

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Mercure de France, 1953
  • « Un homme d'Ouessant » gravures sur bois de Jean Chièze, Paris : Bibliophiles et graveurs d'aujourd'hui, 1957
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Club français du livre, 1961
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Presses de la cité, 1964
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Le Livre de poche, 1967
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Gallimard (Folio, 541), 1974
  • « Un homme d'Ouessant », Paris : Presses pocket, 1976
  • « Un homme d'Ouessant » in Les romans des îles, Paris : Omnibus, 2005

mise-à-jour : 18 février 2014
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX