Marcel Cabon

Namasté

Éd. de l'Océan Indien

Rose Hill, 1981

bibliothèque insulaire

      

édité dans l'océan Indien
Maurice, Rodrigues, Chagos, …
Namasté / Marcel Cabon. - Rose Hill : Ed. de l'océan Indien, 1981. - 83 p.-[8] f. d'ill. ; 20 cm.

NOTRE LIBRAIRIE, n° 114, juillet-septembre 1993, « Littérature Mauricienne » : Ce roman évoque l'histoire d'un jeune paysan hindou, Ram, qui ayant hérité de son oncle Shive une portion de terre […] entend la travailler, la faire fructifier au prix de mille sacrifices et d'une vie ascétique. C'est ainsi qu'est introduit le thème du travail de la terre ou celui du bonheur agreste. Ram, à l'inverse de ses confrères exploités qui triment dans « l'enfer de la canne » des propriétés sucrières, est un petit propriétaire terrien (un petit planteur dirait-on aujourd'hui), qui fait un travail librement consenti. Du coup sont introduits le thème de la terre-salut (opposé à la terre-malédiction) et le concept d'une politique agricole : « la terre à celui qui la travaille ».

Cet amour de Ram pour la terre se confond avec l'amour d'une femme, Oumaouti, sa compagne fidèle. Cette vision idyllique de la paysannerie mauricienne comporte cependant des zones d'ombre. Ram […] mène un combat épique contre une terre rebelle (rêche), des aléas climatiques défavorables, l'hostilité du voisinage, mais ce Namasté, ce bonjour qu'il adresse quotidiennement à son pire ennemi, finit par faire taire les rancoeurs, la haine, et fait naître l'entraide, la solidarité.

[…]

S'inscrivant dans la lignée des grands romans paysans tiermondistes : « Diab-là » (1945) de l'Antillais Zobel, et surtout, de « Gouverneur de la rosée » du Haïtien Jacques Roumain, « Namasté » est un des premiers romans à cerner la sensibilité du paysan mauricien.

Gérard Fanchin

JEAN-LOUIS JOUBERT : La personnalité rayonnante de Marcel Cabon (1912-1972) pourrait symboliser le passage du francotropisme flamboyant à la pluralité culturelle assumée. Marcel Cabon n'a jamais renié son admiration passionnée de la littérature française (en particulier son goût pour la grâce d'écriture de Francis Jammes ou Alain-Fournier). Mais pendant quarante ans, de ses débuts littéraires en 1931 jusqu'à sa mort, il a été comme le pivot de la littérature mauricienne, généreux et toujours prêt à épauler un confrère débutant, attentif à toutes les idées, et surtout défricheur infatigable d'une identité culturelle mauricienne, qu'il baptisait mauricianisme et dont il proclamait la richesse, née de la rencontre sur la même île des cultures les plus diverses.

[…]

L'importance de Namasté tient […] à ce que la publication du roman marque une date dans l'histoire des relations entre la communauté « créole » et la communauté indienne de Maurice. Il s'agit en fait d'un acte de « reconnaissance ». Jusqu'alors, les indiens romanesques (chez Charoux ou Arthur Martial) étaient peints par les romanciers mauriciens d'un point de vue dépréciateur, voire offensant (il faudrait mettre à part L'Étoile et la clef, de Loys Masson, mais le roman est écrit et publié en France). Dans Namasté, Marcel Cabon, Mauricien créole, exprime le mouvement de sympathie qui le porte à tenter de comprendre, de l'intérieur, l'univers mental des Indo-Mauriciens. Il ne les rejette pas dans l'extériorité du pittoresque, mais il sait faire partager leur soif de terre et d'enracinement, en même temps que leur nostalgie du pays perdu (l'école fondée par Ram sert surtout à raconter aux enfants les belles histoires tirées des grandes épopées indiennes). Cette plongée à l'intérieur du groupe indien de Maurice se fait dans une langue émaillée de traits créoles, de parlures indiennes, qui font partie du langage commun à tous les Mauriciens. Façon de tisser, dans la trame plurielle du texte, l'unité culturelle mauricienne que Cabon appelait de ses vœux.

« Littératures de l'océan Indien », Vanves : Agence universitaire de la francophonie - EDICEF, 1991 (Ch. 10 — Modernités mauriciennes : l'île plurielle)

EXTRAIT

Et tel était leur amour de la terre qu'une grande joie leur gonflait le cœur quand les cannes étaient mûres et que cent mille panaches fleurissaient la plaine, comme l'armée d'un maharajah.

Ces cannes fleurissaient parce qu'ils avaient défriché, pioché, sarclé, dépaillé — comme l'esclave, jadis —, parce qu'ils avaient donné leur sueur à cette terre qui n'était pas à eux, dont pas une parcelle ne serait peut-être à eux, malgré les rigueurs auxquelles ils s'astreignaient, malgré ces travaux de chaque heure et ce riz qu'ils se refusaient pour que le fils eût une case à lui …

Oui, combien de ces hommes n'avaient eu de terre (eux qui aimaient tant la terre !) que la fosse où on les avait couchés dans le langouti de tous les jours !

Mais y songeant et malgré la peine qui lui brûlait le cœur de tous ses souvenirs, Ram se disait que si chacun le voulait, une grande joie viendrait à tous les enfants de l'île d'aller ensemble sur les routes, de quelque sang qu'ils soient …

Les mauvais souvenirs, alors, ne seraient plus peut-être qu'un peu de poussière sous le pied …

Deuxième partie, 4

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Namasté », Port Louis (Maurice) : Le Cabestan (The Royal Printing), 1965
  • « Namasté », in Océan Indien éd. par Serge Meitinger et J.-C. Carpanin Marimoutou, Paris : Omnibus, 1998 
  • « Diptyque », Port Louis (Maurice) : General printing and stationery Co., 1935
  • « Kélibé-Kéliba », Port Louis (Maurice) : Saint Louis (Maurice) : Ed. Sammer, 1956 ; Port Louis (Maurice) : Croix du Sud, s.d.
  • « Rémy Ollier », Port Louis (Maurice) : Ed. Mauriciennes, 1964
  • « Laurent Rivet », Port Louis (Maurice) : Ed. Mauriciennes, 1966
  • « Le rendez-vous de Lucknow », Port Louis (Maurice) : The Mauritius printing Cy, 1966
  • « Beau-Bassin, petite ville », Port Louis (Maurice) : Club mauricien du livre français, 1971
  • « Michel Darmon, poste restante », Port Louis (Maurice) : Club mauricien du livre français, 1971
  • « Brasse au vent », Rose Hill (Maurice) : Ed. de l'océan Indien, 1989
  • « Contes, nouvelles et chroniques » éd. par Aslakha Callikan-Proag, Rose Hill (Maurice) : Ed. de l'océan Indien, 1995

mise-à-jour : 16 février 2006
   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX