Etzer Vilaire

Les dix hommes noirs, commentaires par Roger Gaillard et Christophe Philippe Charles

Éd. Choucoune - Les classiques haïtiens expliqués, 1

Port-au-Prince, 2003

bibliothèque insulaire
   
édité en Haïti

parutions 2003

Les dix hommes noirs / Etzer Vilaire ; texte intégral, avec une Étude biographique et littéraire, des notes, des jugements critiques, des questions et des sujets de devoirs par Roger Gaillard et Christophe Philippe Charles. - Port-au-Prince : Ed. Choucoune, 2003. - 71 p. ; 21 cm. - (Les classiques haïtiens expliqués, 1).

Dix amis accablés par l'infortune décident de se donner la mort. Ils se retrouvent un soir dans un manoir lugubre et retiré pour un ultime festin ; là, chacun expose l'enchaînement des malheurs qui ont forgé sa décision. Quand tous auront parlé, « Le second frappera le premier, le troisième / Tuera le précédent ; ainsi jusqu'au dixième ». Mais Frank, le dixième, est chrétien ; il ne peut détourner de la mort ses camarades, pas plus qu'il ne peut se résoudre au suicide … Alors, devant les neuf cadavres, « Un gros rire effrayant fait palpiter son cou. / Tout le bois en tressaille … Il est devenu fou. »

Dans la forme, le poème dramatique — 796 alexandrins — a vieilli, au point que « sa lecture sans pauses se transforme aujourd'hui, même pour les moins exigeants, en expérience décevante » 1 ; on y relève l'influence de Lamartine et de Vigny. Mais les commentateurs se sont surtout attachés, comme l'auteur, à souligner les échos renvoyant à la situtation politique et sociale de l'époque, pour en apprécier diversement la portée.


  1. Roger Gaillard et Christophe Philippe Charles, « Vilaire, le créateur », p. 57

ETZER VILAIRE : […]

Le poème des Dix hommes noirs porte, tout au fond des idées et de la conception, la marque du pays et du moment qui l'a vu naître.

Cette œuvre est peut-être la notation d'une agonie — terrible agonie de l'âme et non d'une âme individuelle — car l'auteur a pensé, en bien des endroits, s'élever de ses sentiments personnels à la perception douloureuse, aigüe, des tourments où se débat une jeunesse longtemps martyre, une génération accablée de désenchantements et de souffrances en quelque sorte héréditaires, de maux accumulés, depuis les premiers tâtonnements jusqu'à ces jours où l'interminable épreuve sociale se continue sous la double oppression de la misère matérielle et des angoisses morales.

[…]

Avertissement, pp. 4-5

EXTRAIT

Frank, la mort de tout suit celle de l'espérance ...
C'est fini, mon ami ! … Le monde, oh ! quel égout
Où nos cœurs attristés promènent leur dégoût !
Notre jeunesse à tous est un vaste naufrage
Où nous ne pouvons plus aborder qu'un rivage,
Ce rivage inconnu qu'on appelle le ciel …
Etre les prisonniers du malheur éternel,
Sentir que l'on périt quand on rêvait de vivre,
N'avoir pour végéter que l'aliment du livre,
Nostalgiques esprits, vers des centres lointains
Fixer désespérés nos regards incertains,
En exilés honnis qui pleurent leur patrie ;
Replier comme une aile impuissante et meurtrie
Son âme sous les coups de la fatalité ;
Aspirer à l'Amour, évoquer la Beauté,
Et sans cesse trompés, retomber dans la lie
Où plonge, sans espoir, l'existence avilie ! …
Es-tu donc satisfait de cet étrange sort ?
Non … Voici, pour qui veut, l'abîme de la Mort
Où vont les tourbillons fuyant des choses vaines,
Où l'on dort, affranchi des misères humaines.
Dormons !

p. 24

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Pages d'amour [suivi de] Les dix hommes noirs », Port-au-Prince : Imprimerie de Mme F. Smith, 1901 (E.O.)
  • « Les dix hommes noirs » in Poésies complètes, vol. 2, Paris : A. Messein, 1914-1919
  • « Les dix hommes noirs » commentaires par Roger Gaillard et Christophe Philippe, Port-au-Prince : Ed. Christophe, 1994
  • « Les dix hommes noirs » avec une notice biographique et littéraire de Dieudonné Fardin, Port-au-Prince : Fardin, 2011
  • « Le flibustier », Port-au-Prince : Imprimerie de Mme F. Smith, 1902
  • « Poème à mon âme », Port-au-Prince : Imprimerie de Mme F. Smith, 1905
  • « Années tendres », Paris : Fischbacher, 1907
  • « Poèmes de la mort, 1898-1905 », Paris : Fischbacher, 1907
  • « Nouveaux poèmes : Les voix, Terre et ciel, Au delà, Fantaisies poétiques », Paris : Fischbacher, 1910
  • « Poésies complètes » 3 vol., Paris : A. Messein, 1914-1919
  • « La vie solitaire pendant l'occupation américaine », Port-au-Prince : Imprimerie du séminaire adventiste, 1937
  • Christophe Ph. Charles, « Etzer Vilaire, sa vie, son œuvre », Port-au-Prince : Choucoune, 2004
  • Jean-Claude Fignolé, « Etzer Vilaire, ce méconnu », Port-au-Prince : Imprimerie centrale, 1970
  • Roger Gaillard, « Etzer Vilaire, témoin de nos malheurs », Port-au-Prince : Presses nationales, 1972
  • Gladys Jolicœur (Sœur Pascal de la Vierge), « Etzer Vilaire, poète chrétien », Rennes : Faculté des lettres, 1967-1968
  • Edmond Laforest, « L'œuvre poétique de M. Etzer Vilaire », Jérémie : Imprimerie du centenaire, 1907
  • Stéphane Martelly, « La notation d'une agonie : espaces subjectifs du désastre dans Les dix hommes noirs d'Etzer Vilaire », Ponti-Ponts, n° 4, 2004
  • Pompilus Pradel, « Etzer Vilaire : études critiques et textes choisis », Port-au-Prince : Classiques de la littérature haïtienne, 1968

mise-à-jour : 1er décembre 2005

une adresse indispensable pour trouver les livres édités en Haïti :

communication plus

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX