Aimé Césaire

Toussaint-Louverture, la Révolution française et le problème colonial

Présence Africaine

Paris, 2004

bibliothèque insulaire

   
Haïti
Martinique
parutions 2004
Toussaint-Louverture, la Révolution française et le problème colonial / Aimé Césaire ; préface de Charles-André Julien. - Paris : Présence africaine, 2004. - 345 p.-[3] p. de pl. ; 21 cm.
ISBN 2-7087-0397-8

Aimé Césaire n'a pas écrit une biographie de Toussaint-Louverture ; mettant en scène une société et une époque en quête d'un nouvel équilibre d'une part et, d'autre part, mesurant l'impact des idées et des actes — militaires, diplomatiques, politiques — du héros d'Haïti sur les débats et décisions du pouvoir à Paris et en Europe, le poète de la négritude montre un homme en mouvement et célèbre l'idée — liberté et fraternité pour tous — au service de laquelle sa formidable énergie s'est mobilisée.

C'est un tableau divers, contrasté et tumultueux qui est dévoilé ; mieux que par une visée hagiographique la figure de Toussaint-Louverture y est éclairée par l'audace du projet — non une jacquerie, mais une révolution —, par l'âpreté des périls encourrus, par l'ampleur et la violence des stratégies déployées, souvent improvisées, par ses adversaires.

La geste de Toussaint-Louverture que propose Aimé Césaire s'étend au-delà des limites de l'histoire d'Haïti et de son émancipation ; elle constitue un temps fort de l'histoire universelle.

EXTRAIT

Quand Toussaint-Louverture vint, ce fut pour prendre à la lettre la déclaration des droits de l'homme, ce fut pour montrer qu'il n'y a pas de race paria ; qu'il n'y a pas de pays marginal ; qu'il n'y a pas de peuple d'exception. Ce fut pour incarner et particulariser un principe ; autant dire pour le vivifier. Dans l'histoire et dans le domaine des droits de l'homme, il fut, pour le compte des nègres, l'opérateur et l'intercesseur. Cela lui assigne sa place, sa vraie place. Le combat de Toussaint-Louverture fut ce combat pour la transformation du droit formel en droit réel, le combat pour la reconnaissance de l'homme et c'est pourquoi il s'inscrit et inscrit la révolte des esclaves noirs de Saint-Domingue dans l'histoire de la civilisation universelle. S'il y a dans le personnage un côté négatif — difficilement évitable d'ailleurs eu égard à la situation — c'est en même temps là qu'il réside : de s'être davantage attaché à déduire l'existence de son peuple d'un universel abstrait qu'à saisir la singularité de son peuple pour la promouvoir à l'universalité.

Insuffisante synthèse sans doute, mais qui donnait le branle décisif à l'histoire haïtienne. C'est pourquoi l'Intercesseur mérite bien le nom que lui donnent ses compatriotes d'aujourd'hui : le Précurseur.

En guise de conclusion, pp. 344-345

SOMMAIRE

Préface, Charles-André Julien
Introduction

La Fronde des Grands Blancs

  • Solitude du pouvoir
  • Une intrusion malencontreuse
  • Erreurs de navigation
  • La Fronde des Grands Blancs
  • Une double liquidation

La révolte mulâtre

  • Crétinisme parlementaire
  • Un grand débat
  • Une lueur
  • Une lueur qui s'éteint
  • Un amendement de lassitude
  • La revanche de Barnave
  • La révolte mulâtre

La Révolution des Nègres

  • Les limites de la révolution française
  • Apprentissage
  • Compromis et compromis
  • Une scène attendrissantee
  • Impérialisme et impérialisme
  • Sauveur des autorités constituées ?
  • Stratégie et tactique
  • Une mission de sape
  • Prendre ses sûretés
  • Mobilisation
  • La rupture
  • La logique d'un système
  • Une guerre à perdre l'esprit
  • La pause
  • Le sacrifice
  • Bas les masques
  • De brumaire à germinal
  • Car ses racines sont nombreuses et profondes

En guise de conclusion

COMPLÉMENT BIBLIOGRAPHIQUE
  • « Toussaint-Louverture, la Révolution française et le problème colonial », Paris : Présence africaine, 1961 (E.O.)
Toussaint Louverture sur le site des littératures insulaires
Les quelques références ci-dessous ne constituent pas l'ébauche d'une bibliographie : ne sont rappelés ici que les titres déjà présents sur le site ; par leur diversité, ils témoignent de la richesse des traces laissées dans la littérature par celui que Chateaubriand imaginait en Napoléon noir.

mise-à-jour : 2 décembre 2014
Né à Basse-Pointe en Martinique le 26 juin 1913,
Aimé Césaire est mort à Fort-de-France
le 17 avril 2008

   ACCUEIL
   BIBLIOTHÈQUE INSULAIRE
   LETTRES DES ÎLES
   ALBUM : IMAGES DES ÎLES
   ÉVÉNEMENTS

   OPINIONS

   CONTACT


ÉDITEURS
PRESSE
BLOGS
SALONS ET PRIX